POLE EMPLOI RADIE LES CHOMEURS PENDANT LEURS CONGES !

dimanche 24 janvier 2010
par  collectif rto
popularité : 33%

Un chômeur a-t-il droit à des congés ? L’histoire suivante montre que ce n’est plus nécessairement d’actualité.

Inscrit à Pôle Emploi comme chômeur de catégorie 1 en fin de droits (Allocation de Solidarité Spécifique), je déclare début décembre 2009 une absence du 20 décembre 2009 au 9 janvier 2010. Puis, “j’actualise ma situation” - c’est à dire que je réalise mon pointage mensuel - à distance, depuis mon lieu de vacances, le 31 décembre 2009.

Le 9 janvier 2010, à mon retour de congés, je trouve trois courriers de Pôle Emploi :
- un premier courrier daté du 21 décembre 2009 de “Convocation à un entretien de suivi de votre projet personnalisé d’accès à l’emploi” sous forme d’un entretien téléphonique prévu le 11 janvier 2010, soit le premier jour ouvré suivant mon retour de congés, qui précise : “Vous serez contacté par téléphone le 11 janvier 2010 entre 14 h et 15 h par votre conseiller pour faire le point.”
- un second courrier daté du 28 décembre 2009 de “Modification de votre statut de demandeur d’emploi” qui explique que :
La situation nouvelle dans laquelle vous vous trouvez modifie les caractéristiques de votre inscription sur la liste des demandeurs d’emploi.
Au terme de cette situation, si vous êtes toujours à la recherche d’un emploi, vous devrez nous le confirmer dans un délai de 5 jours en utilisant le service Internet www.pole-emploi.fr ou en téléphonant au 3949
- un troisième courrier daté du 4 janvier 2010 de “Décision de cessation d’inscription” qui précise que :
Votre inscription étant arrivée à échéance, vous cessez d’être inscrit sur la liste des demandeurs d’emploi à compter du 1 janvier 2010.
Dans le cas où vous seriez toujours à la recherche d’un emploi, vous devrez renouveler votre inscription comme demandeur d’emploi en utilisant le service Internet www.pole-emploi.fr ou en téléphonant au 3949

Plusieurs choses me choquent dans ces trois courriers :
- aucun courrier n’est recommandé,
- tous trois sont anonymes, se terminant par “Le Directeur”, sans aucune signature, pas même numérique,
- le 31 décembre 2009, j’ai “actualisé” ma situation en utilisant le service Internet www.pole-emploi.fr en précisant que j’étais toujours à la recherche d’un emploi. Le service Internet www.pole-emploi.fr m’a alors signalé que mon “actualisation” serait prise en compte le 04 janvier 2010.

Comme il manque 90 euros au virement bancaire réalisé par Pôle Emploi le 4 janvier 2010 pour mes allocations du mois de décembre 2009, ça fait donc un chômeur de catégorie 1 – la seule utilisée par le ministère du travail pour diffuser les chiffres mensuels du chômage - de moins au 31 décembre 2009 !
Je contrôle l’état de mon dossier sur le service Internet www.pole-emploi.fr qui m’offre le choix entre : “m’inscrire à Pôle Emploi, ou actualiser ma situation”.
N’ayant aucune intention d’ouvrir un nouveau dossier de demandeur d’emploi, je clique sur “J’actualise ma situation”. Je vois alors s’afficher sur l’écran :
- “Déclaration pour la période du 01/10/ / au -1/UR/RE :
- Vous avez déjà déclaré votre situation pour cette période le // à h.”
Devant ce nouveau non-sens, je laisse tomber le service Internet www.pole-emploi.fr et attends avec impatience les explications de mon conseiller dont l’appel téléphonique est prévu le 11 janvier 2010 entre 14 h et 15 h.

Le 11 janvier 2010, n’ayant reçu aucun appel téléphonique de mon conseiller, j’applique la seconde recette préconisée par Pôle Emploi dans chacun de ses courriers ; je téléphone au 3949 :
- “Pôle Emploi à votre service, appuyez sur la touche *
- …...”
L’automate de Pôle Emploi m’informe que :
- “le temps d’attente est de plus de 4 minutes ; Veuillez renouveler votre appel.”
Puis, au bout de 2 minutes :
-“le temps d’attente est de plus de 4 minutes ; Veuillez renouveler votre appel.”
Je raccroche. Il ne me reste plus qu’à interpeller “Le Directeur” anonyme de l’agence Pôle Emploi dont je dépends. Pour cela, un minimum d’organisation s’impose. J’informe les membres du collectif de chômeurs et précaires auquel j’appartiens. Nous nous fixons rendez-vous le 18 janvier 2010 avec pour objectif de notre intervention collective une inscription rétroactive.

Le 18 janvier 2010, en voyant 7 personnes arriver ensemble et distribuer des tracts à l’intérieur de son agence Pôle Emploi, l’agent d’accueil accepte assez vite d’alerter “Le Directeur” anonyme de l’agence. Rapidement, la directrice se présente, s’informe du problème, s’assure de mon identifiant, et accepte de me recevoir accompagné d’un membre du collectif en annonçant :
“Je suis en réunion. Laissez moi quelques minutes”.
La directrice revient au bout d’une dizaine de minutes. Nous l’accompagnons dans son bureau, qu’elle partage avec une autre personne. Un troisième agent de Pôle Emploi assiste à notre entretien.

La directrice nous montre 2 chaises, mais avant que nous ayons le temps de nous asseoir, elle commence par expliquer que :
“Les demandeurs d’emploi ont droit à 35 jours de congés par an.”
Je lui fais remarquer que je ne suis pas assis et que je souhaite prendre des notes. Je m’installe. La directrice poursuit :
“Je commence l’entretien, ma collègue vous recevra ensuite.”
Ma “radiation” - je fais remarquer à la directrice que ce terme n’a jamais été employé dans les courriers que Pôle Emploi m’ a adressé et lui rappelle qu’il s’agit d’une “cessation d’inscription” – s’expliquerait par le fait que j’aurais déclaré une absence :
- du 2 août 2009 au 30 août 2009,
- du 20 décembre 2009 au 9 janvier 2010,
ce qui ferait 41 jours de congés déclarés pour l’année 2009. Mon inscription à Pôle Emploi aurait cessé au 35ème jour de congés, soit le 25 décembre 2009. En conséquence, la directrice me demande de me réinscrire à Pôle Emploi !
J’apprécie moyennement le cadeau de Noël et suggère à la directrice de vérifier les dates qu’elle avance, car j’ai déclaré une absence :
- du 2 août 2008 au 30 août 2008,
- du 20 décembre 2009 au 9 janvier 2010,
mais pas du 2 août 2009 au 30 août 2009. La salariée de Pôle Emploi avec qui la directrice partage son bureau soutient que j’aurais déclaré une absence du 2 août 2009 au 30 août 2009.

Je fournis une copie papier de ces 2 déclarations d’absence à la directrice en ajoutant que :
- nous ne quitterons pas son bureau sans inscription rétroactive,
- j’ai besoin d’une attestation d’inscription avant la fin de la semaine,
- nous pouvons attendre une évacuation par la police, ce qui me permettra de déposer une main courante.

La pression et le ton montent. Un doute s’installe dans le regard de la directrice. Elle décroche son téléphone, appelle 3 ou 4 interlocuteurs différents et finit par constater :
“Vous avez annulé une déclaration d’absence du 20 septembre 2009 au 10 octobre 2009. Si Pôle Emploi a bien saisi cette annulation, elle n’a par contre pas été prise en compte !”
Je lui confirme que j’ai dû reporter à la fin de l’année 2009 des congés initialement prévus en septembre, pour cause de passeport périmé. Je m’étonne toutefois que le décompte des jours de congés comptabilisés à tort pour l’année 2009 corresponde à ma déclaration d’août 2008, soit 29 jours, et pas à celle annulée en septembre 2009, soit 21 jours !
Ce mystère informatique ne sera pas éclairci :
- si, par le plus grand des hasards, Pôle Emploi demande un jour à un informaticien de corriger cette erreur, j’espère des remerciements pour avoir participé aux tests d’un logiciel inachevé,
- sinon, il s’agit tout simplement d’un moyen supplémentaire de

faire baisser les chiffres du chômage en RADIANT LES CHOMEURS PENDANT LEURS CONGES !

La directrice de l’agence Pôle Emploi nous a aimablement raccompagnés à l’accueil après m’avoir :
- inscrit rétroactivement au 26 décembre 2009,
- garanti que je pourrai imprimer une attestation d’inscription par le service Internet www.pole-emploi.fr à partir du 20 janvier après-midi, – il lui était impossible de m’en fournir une.
- conseillé de faire les déclarations d’absence 2 jours avant mon départ, pas avant, pour éviter d’avoir à les annuler.

Notre sketch a duré en tout une heure, dont une bonne demi-heure dans le bureau de la directrice de l’agence Pôle Emploi. J’ai oublié de lui offrir le recueil collectif intitulé “Chômeurs, qu’attendez-vous pour disparaître ?” auquel j’ai participé en 2007 et que j’avais préparé à son attention !

Le 20 janvier après-midi, je contrôle l’état de mon dossier sur le service Internet www.pole-emploi.fr ; après avoir saisi mon identifiant, et quelque soit l’action choisie, je vois alors s’afficher sur l’écran :
- ERREUR 500
- suivi d’une page de signes bizarres

Je réessaye en fin d’après-midi, et là je constate que :
- je peux imprimer une attestation d’inscription à Pôle Emploi,
- Pôle Emploi a procédé ce 20 janvier 2010 au virement complémentaire des 90 euros manquants pour décembre 2009.

Ca fait un chômeur de catégorie 1 de plus au 31 décembre 2009 !


Commentaires

POLE EMPLOI RADIE LES CHOMEURS PENDANT LEURS CONGES !
mercredi 7 juillet 2010 à 14h03

J’enchaine CDD depuis plusieurs années, alors parfois entre deux CDD, une petite période de chômage pointe. Même en CDD, je m’actualise tous les mois histoire de ne pas être pénalisée lors de mon retour au chômage (perte de 8 jours d’indemnisation).
Malheur à moi d’avoir "oublier" cette actualisation il y a de ça 1 mois (alors que je travaillais). Je m’aperçois de cet oubli le jour même. Je me renseigne et m’aperçois que j’ai jusqu’à midi pour m’actualiser. Mais leur site est indisponible de toute la matinée. Je leur envoie un mail le matin même pour justifier ma bonne foi. Je reçois une réponse "au XX juin à telle heure, vous ne vous êtes pas actualiser, vous êtes donc enlevée de la liste des demandeurs d’emplois". Dommage pour moi, j’étais au chômage le mois d’après. Je ne sais même pas s’ils avaient lu mon mail. Obligée de me réinscrire et perdre 8 jours d’indemnisation. Je ne parle pas des erreurs de virements. J’ai souvent dû leur rembourser 60€. Là j’ai eu le droit à des lettres pour me le rappeler. Par contre, quand il me manquait 150€ à mon compteur, ça personne ne l’avait remarqué chez eux !
Je ne parle même pas du RDV que j’ai eu chez eux, où je suis presque resorti en larmes. Un comble : la conseillère connaissait mieux que moi ce que je désirais et m’imposait ce que elle pensait être bon pour moi !! Merci Madame de pouvoir lire aussi clairement les tréfonds de mon cerveau, moi qui, pauvre chômeuse n’arrive pas à le faire !!Et j’ai eu le malheur de refuser un "stage" pour apprendre à écrire CV et lettre de motivation : j’ai eu le droit à grimaces et moue évocatrice. Mon métier à l’époque n’était même pas répertorié dans leurs listes : elle me sortait des boulots d’architecte alors que j’étais paysagiste en bureau d’études et s’étonnait que je refuse le boulot.
Il serait grand temps d’humaniser un peu ce pôle emploi. Les personnes devant s’y confronter ne sont pas forcément dans leur meilleur période, et ça beaucoup d’employés de pôle emploi ne semblent pas l’avoir assimiler. Au lieu d’y trouver de fins psychologues, ouverts et compréhensifs, on se retrouve souvent face à une machine dure, froide,impitoyable et sans humanité.

Logo de MOHICAN
POLE EMPLOI RADIE LES CHOMEURS PENDANT LEURS CONGES !
jeudi 1er juillet 2010 à 01h40 - par  MOHICAN

Les demandeurs d’emplois ont-ils droit à des congés ?
Le droit au congés (indemnisés par l’"assurance-chômage",ou non rétribués pour plus de la moitié des demandeurs d’emploi) est-il reconnu ?
Et congés, sans moyens financiers, qu’est-ce que les congés ?
Les demandeurs d’emploi sont-ils, dans les faits condamnés tous les jours de l’année, à chercher un emploi introuvable ou un "petit boulot mal payé" ?

Il est pitoyable d’entendre certains salariés qui, en période estivale, vont partir en congés payés et en vacances(progrès social acquis en 1936 !),dire que les "chômeurs n’ont pas besoin de vacances, parce qu’ils ne font rien, et qu’ils ne travaillent pas" !!!Et n’oublions pas la masse des "travailleurs qui se lèvent tôt"qui sont dans l’idéologie dominante, style :"quand on veut travailler, on trouve". Sous entendu, les chômeurs sont des fainéants !

Question à poser aux salariés : pourquoi ont-ils si peur de perdre leur emploi, pourquoi des salariés choisissent de se suicider sur leur lieux de travail, alors qu’ils pourraient démissionner, et vivre "sans travailler" et "en congés" 12 mois sur 12 comme les chômeurs !
Combien de salariés auraient le courage de répondre de façon objective à cette question pertinente ?

Logo de rolo
Bon conseil ?
jeudi 28 janvier 2010 à 19h34 - par  rolo

La directrice .....conseille de faire les déclarations d’absence 2 jours avant mon départ, pas avant, pour éviter d’avoir à les annuler.

J’entends déjà le reproche de pole emploi que la déclaration d’absence a été "trop proche" du jour de départ quand une lettre de convocation se croise avec la prise en compte de la déclaration d’absence. Car qui va encore trinquer dans ce cas ? Radié tu seras quoique tu fasse...

Logo de Nono
lundi 25 octobre 2010 à 11h53 - par  Nono

Bonjour a tous j’ecris ce message car je me pose une bonne question.
Je me suis inscrit au pole emploi sur internet lundi 18 octobre, j’ai recu un mail qui me demande de venir aujourd’hui dans ma region mais le hic c’Est que je suis a 1000 kilometres de ma ville d’inscription et il va me falloir du temps avant de revenir.
Je voudrais savoir si mon inscription et pris en compte ou le serra t’elle effective le jour demon premier rendez vous ?
Merci pour vos reponse

Logo de Nono
lundi 3 mai 2010 à 16h15 - par  collectif rto

Bonjour,

Le fait que vous n’ayez rien signé au rendez-vous qui a eu lieu le 22 avril, est considéré par Pôle Emploi soit comme si vous ne vous y étiez pas rendu ou comme un refus de votre part (d’ailleurs sur certaine lettre de convocation, à paris notamment, c’est écrit qu’il y a un risque de radiation en cas de refus ou d’absence à la prestation). La signature étant une preuve de votre présence ce jour-là, qui doit être renvoyé à Pôle Emploi par le prestataire privé, par la suite. Le meilleur moyen pour faire annuler votre radiation, c’est de venir à plusieurs (avec des ami(e)s etc) dans votre agence et de mettre la pression en exigeant d’être reçu par la direction. Vous avez le droit d’être accompagné par une personne lors de l’entretien. Vous ferez part de l’inutilité de cette prestation pour vous et exigerez l’annulation de la radiation etc. Bonne chance et bon courage !

Logo de schwab
lundi 3 mai 2010 à 14h07 - par  schwab

bonjour,

je suis de ROMAINVILLE je viens d être radié 15 jours l’année dernière ils mon radié 2 moi et toujours à la même période, ils me propose une action d’aide à la recherche d emploi pour apprendre à faire des cv et lettre de motivation mais cela ne m intérrésse pas et au moi d avril il mon proposer mais je n ai rien signé donc je n ai pas été à ce projet et en plus ils ont voulu me faire croire que le 22 mars 2010 je ne m’était pas présenter à mon rendez vous mensonge

Logo de Stephane Winterstein
dimanche 28 février 2010 à 13h36 - par  Stephane Winterstein

Bonjour !
Suite a un erreur évident je me trouve dans la situation absurde et fortement préjudiciable a moi et a ma famille dont j’ai la charge !

Il y a trois jours de là j’ai reçu le courrier signé par le directeur des Assedic de Romainville,
qui m’annonce mon radiation définitif suite a ma déclaration de ne plus être a la recherche de l’emploi ?! et c’est a partir la date de mon entré a l’hôpital( 15 décembre 2009), ou j’ai été opéré de la jambe a cause de fracture multiple.

Je commence a peine m’en remettre !
J’ai commencé envisager de reprendre mes démarches professionnelles !!
Et voilà que cette nouvelle m’est arrivé de façon inattendus et sans aucun possibilité de recours !

J’ai tenus au courent mon interlocuteur de Pôle emploi de mon impossibilité TEMPORAIRE de démarche pour la recherche d’emplois a cause de mon arrêt de maladie.

Je n’ai jamais déclaré de ne plus être a la recherche d’emplois, ce qui peut être vérifié !
Hors,d ’après les assedic ma situation est sans recours, et même si je me retrouve toujours a la recherche d’emplois, je dois me réinscrire(chose faite !)
Sauf que on ne m’a pas restitué mon statu d’allocation de solidarité !

On m’a refusé toutes indemnités et on me demande de rembourser les trois dernières mois !(cause-cumule avec la Cequ,la quelle je n’ai pas touché,car je n’etait pas en état de demarcher cette organisme !)

On me menace en plus, de faire suivre mon dossier au Président du Conseille Générale, qui pourrait décider de suspendre les drois de ma famille au compliment de RSA !
C’est de nous condamner a mort ?
Je ne comprends pas, ce qui pu se produire !